Comment lutter contre le gel ?

16 avril 2021

les solutions pour lutter contre le gel

Ces dernières semaines, les vignerons de toutes les régions viticoles se sont relayés la nuit pour surveiller la température et venir apporter des sources de chaleur à la vigne pour éviter qu’elle ne gèle. Des températures négatives jusqu’à -6°c ont été enregistrées.
Les conséquences ? Des bourgeons tout juste nés sont gelés ce qui n’invoque rien de bon pour la récolte 2021.  
Au Printemps, ces gelées sont de plus en plus fréquentes. La cause ? Le réchauffement climatique. 
Depuis 5 ans maintenant les vignerons souffrent au printemps. 
Les hivers sont moins froids qu’avant et les beaux jours reviennent plus vite que prévu. 
La chaleur annonce la période de débourrement (apparition des bourgeons). 
Ce qui est propice à une pousse du bourgeons. 

Mais alors que faire pour empêcher ce désastre ?

Les bougies ou braseros dans les vignes, une cruelle beauté de la nuit.
On place ces bougies ou braseros entre les rangs des vignes, on les allume à l’aube pour plusieurs heures afin qu’elles réchauffent les sols.
Attention : il ne faut pas que la température dépasse les -4°c sinon cela s’avère inefficace et la nature reprend ses droits. C’est perdre du temps, de l’argent et fournir un effort pour rien.
Cette option demande un effort considérablement pour les vignerons, il faut 400 bougies pour protéger 1 seul hectare et cela pendant 8h ; ce qui demande la disponibilité d’environ 20 personnes par hectare. Les bougies sont donc plus adaptées pour les petites parcelles. 
Mais cela demande un effort humain, un effort en termes d’investissement (2500€/hectare) sans compter la rémunération de la main d’oeuvre. 
Le petit + : Les bougies ont impact environnemental plus faible que d’autres techniques utilisées car il s’agit de cire naturelle. 
Pour la région de la Loire et de la Gironde, vous avez pu voir des hélicoptères passés près des vignes. 
Les viticulteurs peuvent y avoir recours pour brasser l’air chaud du sol sur les vignes et ainsi garder une température stable et positive. Ne volant qu’à seulement 65 pieds (soit à 20m du sol),  l’hélicoptère brasse et réchauffe l’air au niveau des vignes ce qui permet d’éviter le gel sur les ceps. 
Cette opération se fait à l’aube, le pilote doit donc être prudent car la luminosité est encore relativement basse. Il faut privilégier d’autres méthodes pour la nuit car il se peut que les températures chutent violemment avant l’aube et dans ce cas, le passage de l’hélicoptère ne sert à rien, il est déjà trop tard. 
Mais cette technique est rentable puisqu’on peut ainsi protéger tout un vignoble (jusqu’à 25 hectares) et non prioriser certaines parcelles.
Les pertes sont donc moins importantes et les vignes peuvent être sauvées. 
On peut aussi sauver les vignes grâce à nos énergies vertes : les éoliennes.
Et oui, les éoliennes ont aussi un rôle important à jouer en cas de gel de printemps pour sauver les vignes. Situées proche des vignobles, elles permettent de brasser l’air et de par leur plus petite taille (11m de haut) qu’une éolienne classique, l’air sera redirigé au-dessus des ceps pour un air plus chaud et ainsi d’éviter une chute importante de la température. 
L’avantage c’est quelles sont automatisées et ne demandent donc pas de main d’oeuvre. En général les vignerons d’une région financent ensemble ces éoliennes. C’est un investissement à long terme mais cela fonctionne pour combattre le gel.
La température ne doit en revanche pas descendre en dessous des – 4°c. 
Combustion de gaz :
Moins polluant qu’une combustion au fuel, il est notamment en constante évolution pour voir son impact carbone diminuer. On parle notamment de combustion d’hydrogène qui serait une formation d’eau sans rejet de CO2). Les vignerons gagnent du temps car c’est automatisé et en autonomie totale. Ils n’ont donc pas besoin de main d’oeuvre. 
Il permet de réchauffer l’air, et de gagner jusqu’à 5°c en plus. Un gain thermique non négligeable mais qui a tout de même à un coût (environ 12 000 €/ha pour 10 nuits de lutte).
Aspersion d’eau 
Cette technique est avantageuse car elle permet de protéger les vignes en cas de chute de température entre -7°c en conditions humides et -9°c en conditions sèches.

Le principe : trouver l’équilibre eau/glace autour du bourgeon en aspergeant les ceps d’eau.
C’est un dispositif de pompes puissantes qui alimente un réseau d’arroseurs comme sur la photo qui encadre la parcelle.
C’est la
surfusion : les bourgeons sont protégés dans une poche de glace sans que l’eau ne les gèlent.
Cette technique est efficace mais délicate car il faut surveiller que le glaçon ne dégèle pas trop vite.
Il faut donc arroser jusqu’à une température positive. 
Ce système est bien évidemment soumis à la loi sur l’eau.
Vous connaissez à présent les nombreuses techniques pour lutter contre le gel et les températures négatives.
Ces techniques toutes différentes les unes des autres, permettent aux vignerons de s’adapter selon les températures, les conditions météorologiques, les ressources humaines et financières de chacun des vignobles. 
Mais dépassant certaines températures (encore plus basses que – 6°c par exemple), il est impossible de protéger ses vignes. 
Cela fait partie des aléas du métier. Cette activité est soumise aux conditions météo et on peut parfois ne rien faire pour éviter le pire. 

J’espère que cet article vous a plu et que vous avez appris de nombreuses choses !
Nous sommes de tout cœur avec ces vignerons qui se battent jour et nuit pour protéger leurs vignes en ce début de Printemps.
La récolte 2021 s’annonce difficile, nous souhaitons donc beaucoup de courage à toutes les jolies vignes de nos régions.
Bon week-end à tous et à la semaine prochaine pour un article dédié à notre jolie planète la Terre ! 🙂 
Tiphaine
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

SUIVEZ-NOUS !

Pour en découvrir davantage sur nos engagements respectueux de l'environnement

Fait avec passion à Bordeaux ❤

© 2021 All rights reserved​ - CGV - Mentions légales

l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Je certifie

avoir + de 18 ans ?